Émission « Au diable la langue de bois ! » :

Le drapeau tricolore a 218 ans !

La Liberté guidant le peuple, d'Eugène DelacroixÀ l’occasion de l’anniversaire du drapeau français (qui a 218 ans), le président du PRG 06, Jean-Christophe Picard, a participé à l’émission « Au diable la langue de bois ! », diffusée, à 17 h, sur radio Chalom (89.3 FM).

Elle était animée par Arnold Racine et Michel Zaki, avec la participation de Raphaël Delpard, auteur de « La Fabuleuse histoire du drapeau français ».

Ce qu’il faut retenir de ce débat :

Fonctions du drapeau tricolore

Tous les pays du monde ont un drapeau car c’est un élément indispensable :

- Il représente l’unité de la Nation.

- Il représente la souveraineté de l’État (surtout en temps de guerre).

- Il est également utilisé pour des commémorations nationales ainsi que pour honorer ou distinguer une personnalité. Par exemple, « lors du décès du président de la République, les drapeaux et étendards des armées prennent le deuil ; les bâtiments de la flotte mettent leurs pavillons en berne ».

Origine du drapeau tricolore

Les proto-celtes se couvraient déjà le corps de bleu, de blanc et de rouge. On peut parler de « drapeau de peau ». Les supporteurs qui, dans les stades, se peignent le visage, ne savent sans doute pas qu’ils renouent avec une pratique vieille de plusieurs milliers d’années !

La première bannière connue, qui était bleue avec des fleurs de lys d’or, a été utilisée par Louis VII, pendant la croisade de 1147. À partir du XIVe siècle, le blanc devient la couleur des Français.

La première fois que les trois couleurs ont été portées ensemble, c’était sous forme de cocarde, par les révolutionnaires de 1789, sous l’impulsion de Lafayette (la cocarde étant le signe d’appartenance à une unité militaire ou à une milice). À la demande de Bailly, le maire de Paris, Louis XVI arbora cette fameuse cocarde, trois jours à peine après la prise de la Bastille !

On considère traditionnellement que le bleu, le blanc et le rouge résultent du mariage entre le blanc du royaume de France avec le rouge et le bleu du blason de la ville de Paris, qui était l’épicentre de la Révolution française. C’était « l’alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple », pour reprendre les mots de Bailly. Mais, comme on l’a vu, ces trois couleurs remontent à la nuit des temps.

Le 24 octobre 1790, l’Assemblée constituante décide que tous les vaisseaux de guerre et navires de commerce français porteront un pavillon blanc comportant une petite partie avec les trois couleurs en bandes verticales, pour se différencier du pavillon néerlandais qui avait les mêmes couleurs mais disposées à l’horizontale (le « pavillon » se distingue du « drapeau » car il est attaché à la drisse d’un bateau, contrairement au « drapeau » qui est attaché à une hampe).

Le pavillon tricolore ne prend sa forme définitive que le 15 février 1794, lorsque la convention nationale décrète que le pavillon national « sera formé des trois couleurs nationales, disposées en bandes verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant dans les airs ». Sa composition exacte (ses proportions et l’ordre des couleurs) a été imaginée par le peintre Jacques-Louis David.

Le « drapeau » tricolore fût officialisé par l’ordonnance impériale du 6 avril 1812.

En 1848, une partie des révolutionnaires voulait imposer le drapeau rouge - alors utilisé en cas d’instauration de la loi martiale - qui était devenu le symbole de la répression du peuple. Lamartine s’était farouchement opposé à cette idée : « Je repousserai jusqu’à la mort ce drapeau de sang et vous devriez le répudier plus que moi : car le drapeau rouge, que vous-mêmes rapportez, n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 1791 et 1793, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. » Au final, un décret du 5 mars 1848 rétablit le drapeau tricolore.

Enfin, 1873 est une date assez remarquable puisque le Comte de Chambord - qui aurait été Henri V - refusa le trône (et donc une 3e Restauration) au motif qu’il ne voulait pas accepter le drapeau tricolore ! Il expliquait : « Si le drapeau blanc a éprouvé des revers, il y a des humiliations qu’il n’a pas connues. [… ] Par mon inébranlable fidélité à ma foi et à mon drapeau, c’est l’honneur même de la France et de son glorieux passé que je défends, c’est son avenir que je prépare. »

Le drapeau tricolore aujourd’hui

Le drapeau tricolore est le seul emblème national de la France reconnu dans la Constitution.

Un décret du 21 juillet 2010 punit de 1 500 € d’amende « le fait, lorsqu’il est commis dans des conditions de nature à troubler l’ordre public et dans l’intention d’outrager le drapeau tricolore, de détruire celui-ci, le détériorer ou l’utiliser de manière dégradante, dans un lieu public ou ouvert au public ». Mais, le 19 juillet 2011, le Conseil d’État a « vidé le texte de son venin » comme disent les juristes, puisqu’il a considéré que l’outrage au drapeau tricolore ne peut pas s’appliquer pour « les actes qui reposeraient sur la volonté de communiquer des idées politiques ou philosophique ou feraient œuvre de création artistique ».

Outre qu’il est parfois offensé, notre emblème national est désormais concurrencé par d’autres drapeaux, comme le drapeau de l’Union européenne ou les drapeaux de collectivité locale.


Posté le 15 février 2012 par Jean-Christophe Picard
envoyer l'article par mail title= envoyer par mail

Sur le web

Chantal Maimon
@bayrou j'aimerai
@Nice_Matin @HConstanty c'est scandaleux
Partagez cette pétition
@Sarko_Junior @BFMTV ceux que ton pere a suprimé?
@MaryseBurgot et pourquoi ?
C'est avec beaucoup d'affection que j'adresse à...
@sevnice @Mamafrika rien que ça.
@farrugiadom j'irai voir comme dab
@RTLFrance @bayrou et on va les payer comment....
@Pierrot287 @ECiotti pour les autres on sait...
Dominique Boy Mottard
Noëlle et Mathieu
Elodie, Xavier et Léon : un mariage et un baptême
Merci Madame
Un conseil municipal plutôt tranquille
Sur un air de cithare 2 : clap de fin aujourd’hui
Le Point « spécial Nice »
Festival de cannes 2017 : premières scènes (5)
Festival de Cannes 2017 : premières scènes (4)
Festival de Cannes 2017 : premières scènes (3)
Festival de Cannes 2017 : premières scènes (2)
Parti Radical de Gauche
Congrès du Parti Radical de Gauche 2016
Nouvel article N° 1769
Le PRG dénonce les manœuvres politiciennes de la droite sur la réforme constitutionnelle
Le Comité de liaison du Pôle Radical et Ecologiste (PRE) a eu lieu mardi 22 mars 2016.
Attentats de Bruxelles : le PRG demande une réponse européenne à la menace terroriste
Le dégel du point d'indice : une question de justice pour le PRG
Forum pour une Nouvelle France : La loi Travail en débat
Le PRG propose des actions concrètes au service des droits des femmes !
Journal Radical 630
Le Tour de France de la Laïcité du Parti Radical de Gauche à Louviers
Patrick Mottard
Roger’s éfedméride
René Mottard
Attentat de Nice : Macron lave l’affront
Adieu Juke, je t’aimais bien !
Tour de France : l’épatant Bardet contre le syndrome de Stockholm
Cool Jazz au Patoch’s family
Parlement : lifting minimaliste
Petits commerçants… un effort !
Projets théâtraux
Les pages que j’aurais aimé écrire… (14)