Nice/ Réaction à l’interview de Patrick Allemand :

Droit de réponse

Patrick Allemand

Le 8 novembre 2012, Patrick Allemand déclarait : « Mon travail, c’est de fédérer la gauche. Je mettrai tout en œuvre pour qu’on y parvienne. » [1] Cette salutaire prise de conscience et l’engagement fort qui en découlait m’avaient autorisé à espérer un changement de comportement de sa part. J’en avais même déduit, sans doute un peu vite, qu’il renonçait, de facto, aux menaces [2], à la calomnie et aux insultes [3]...

Hélas, dans son interview donnée à Nice-Matin, parue le 16 décembre 2012, Patrick Allemand a renoué avec ce qu’il sait faire de mieux : diviser la gauche. Tandis qu’il prend soin d’épargner Christian Estrosi et Éric Ciotti, Patrick Allemand a continué son inquiétante fixation sur le PRG 06 et plus particulièrement sur son président, alors même que j’ai été un membre très actif du Comité de campagne 06 de François Hollande [4].

« Cabine téléphonique » ?

Tout d’abord, M. Allemand n’hésite pas à insulter le PRG 06 dans son ensemble en qualifiant notre fédération de « cabine téléphonique ». Il convient de s’en remettre à la seule évaluation qui vaille : celle des urnes. Nous avons six élus, dont un maire et un conseiller général (le PS et le PRG ont d’ailleurs le même nombre de conseillers généraux, sur Nice) [5]. Aux dernières élections législatives, nos deux candidats ont réalisé en moyenne 5,66 % des voix [6]. Libre au premier secrétaire fédéral du PS de traiter avec mépris un partenaire qui s’est pourtant toujours montré loyal quand il était respecté. Mais il faut alors en déduire que nos électeurs – qui partagent notre combat pour la Laïcité, la VIe République, l’Europe fédéral et le changement des pratiques politiques – ne l’intéressent pas. Qu’il se rassure : le message est passé !

« Apparatchik » ?

M. Allemand s’en prend ensuite directement au président du PRG 06. Et, là, il ose tout. C’est même à ça qu’on le reconnaît. Ainsi, alors qu’il vient d’être réélu – pour la 5e fois ! – premier secrétaire fédéral du PS, M. Allemand m’accuse d’être un « apparatchik »… Je lui signale aimablement qu’après cinq ans d’étude et deux concours réussis en poche, j’exerce le même métier que lui, à savoir attaché territorial. Par contre, en ce qui me concerne, je suis obligé de travailler tous les jours, contrairement à lui qui, par le jeu des décharges de service dont il bénéficie grâce à ses mandats, ne se rend qu’une seule journée par semaine sur son lieu de travail. J’ajoute que la politique ne m’a jamais rapporté le moindre euro, à l’inverse de M. Allemand qui perçoit plus de 5 000 € d’indemnités, par mois, grâce au cumul de mandats dont il est friand. Par conséquent, s’il y a quelqu’un qui profite du rang qu’il occupe dans son parti pour en tirer avantage, ce n’est pas moi.

« Liste d’union » ?

M. Allemand déclare qu’il ne veut pas de moi sur sa « liste d’union »… ça commence bien ! Dans tous les cas, il aurait quand même pu avoir la courtoisie de rappeler que c’est moi qui, en 2008, ait refusé, malgré son insistance, de figurer en place éligible sur sa liste (que j’avais d’ailleurs rebaptisée, avec beaucoup de clairvoyance, « Nice Formol ») [7]. On mesure ainsi l’effet qu’a pu avoir sur moi cette terrible annonce.

« Ligne jaune franchie » ?

Enfin, M. Allemand a décrété que j’avais « franchi la ligne jaune ». Il s’aperçoit subitement – alors que nous avons fait ensemble la campagne de François Hollande dans le département, jusqu’en mai 2012 – que j’ai eu une attitude « indigne », lors des régionales de 2010. C’est le monde à l’envers ! C’est le PS qui s’est déshonoré en trahissant l’accord électoral conclu avec les radicaux de gauche (qui avaient pourtant choisi de faire l’union avec eux, dès le premier tour). Quant à moi, j’ai été le seul à défendre les électeurs azuréens qui ont été indiscutablement trompés, puisque les candidats qui leur ont été présentés, pendant deux mois, ont été remplacés à la dernière minute. De même, je suis le seul à avoir protesté pendant que les autres départements pillaient allégrement les places éligibles des Alpes-Maritimes. J’avais ainsi annoncé que Charles Laugier (PS, du Var) et Marie Tarbouriech (EELV, des Hautes-Alpes), venus se faire élire sur la liste du 06, « ne mettraient pas souvent les pieds dans les Alpes-Maritimes » ; force est de constater que j’avais vu juste [8]. À l’inverse, qu’à fait M. Allemand, pourtant chef de file départemental de la gauche, lors de ce scrutin ? Rien. Il a tout accepté, sans broncher, terrorisé à l’idée de perdre son titre de 1er vice-président de la Région. A minima, il ne peut pas, aujourd’hui, en vouloir au PRG 06 d’avoir refusé d’avaler des couleuvres !

M. Allemand me reproche d’avoir été candidat aux élections législatives. C’est pourtant lui qui, comme d’habitude, a divisé la gauche. C’est lui qui a pris l’initiative de casser l’accord PS/PRG existant, qui portait sur la 3e circonscription, dans le seul but d’empêcher la candidature de Patrick Mottard (on a vu le résultat) [9]. De son fait, le PRG 06 s’est retrouvé libre de sa stratégie. Et heureusement que j’ai été candidat dans la 3e ! Cela a permis, à la gauche, de conserver un minimum de dignité dans cette circonscription [10].

Plus globalement, je note que M. Allemand passe son temps à recenser ceux qui, selon lui, ont « franchi la ligne jaune ». C’est devenu un tic. Outre que je peux m’enorgueillir d’avoir été cité à plusieurs reprises, il y a eu Jean-François Knecht, entre 2005 et 2007, Patrick Mottard, entre 2006 et 2010, et Marc Concas, plus récemment [11]. Dans tous les cas, c’est une curieuse manie pour quelqu’un qui prétend vouloir rassembler.

« Jamais été aussi unis » ?

En réalité, si j’irrite autant M. Allemand, aujourd’hui, c’est que j’ai eu le mauvais goût de lancer le débat sur l’organisation d’une primaire ouverte pour les municipales, à Nice [12]. Et même s’il s’est attribué à lui-même le titre de « chargé de la rénovation » de sa propre fédération, le patron du PS 06 n’a pas du tout envie de moderniser la procédure de désignation des têtes de liste aux élections. Sans rire, il explique ainsi qu’une primaire n’est pas nécessaire car les socialistes de Nice n’ont « jamais été aussi unis » et qu’il est « le plus légitime » pour mener la liste d’union de la gauche. La méthode Coué a des limites que, visiblement, M. Allemand ne connait pas... Ainsi, David Nakache, secrétaire fédéral PS et mandataire départemental d’Arnaud Montebourg, prône des primaires locales car celles-ci permettront notamment « d’accélérer le renouvellement du personnel politique et favoriseront l’émergence de nouvelles personnalités » [13]. Marc Concas, conseiller général PS, après avoir gentiment constaté que « la gauche n’a pas de leader à Nice » [14], s’est également prononcé pour une primaire ouverte... et a d’ores et déjà annoncé sa candidature ! Quant à Patrick Mottard, conseiller général PRG, il qualifie les investitures internes de « pseudos votes militants » et réclame, lui aussi, une primaire [15]. Il semble donc que la « légitimité » de M. Allemand ne saute pas aux yeux de tout le monde !

Une primaire, évidemment !

Au final, dans cette interview, M. Allemand a, une énième fois, démontré avec beaucoup de zèle son incapacité totale à rassembler son camp, et même à prendre un peu de hauteur. Il souhaite visiblement continuer à patauger dans la petitesse humaine et à ne rater aucune occasion d’exhiber son aigreur et sa rancœur.

La conclusion de sa brillante démonstration de sectarisme est évidente : seule l’organisation d’une primaire ouverte permettra de rassembler tous les talents pour faire gagner la gauche.

Évidemment, M. Allemand va continuer à s’y opposer bec et ongles. Mais, en politique, les choses sont simples : quand on ne fait pas partie de la solution, c’est qu’on fait partie du problème !

Jean-Christophe Picard

Revue de presse :

- « Jean-Christophe Picard (PRG 06) : “Patrick Allemand nous traite avec mépris” » (Nice-Matin, le 23/12/12)

Notes :

[1] Cf. « Vers des primaires à gauche ? » Nice-Matin (08/11/12).

[2] Cf. « Un peu de “sérénitude” ! » (03/01/11).

[3] Cf. « Le rassemblement, c’est pas encore maintenant » (24/05/12).

[4] Cf. « Le rassemblement, c’est maintenant ! » (14/01/12).

[5] Cf. Les élus PRG dans les Alpes-Maritimes.

[6] Cf. « Des résultats inattendus pour les candidats PRG » (10/06/12).

[7] Cf. « Non, la gauche n’est pas rassemblée à Nice ! » (18/11/07).

[8] Cf. « Avis de recherche » (07/11/12).

[9] Cf. « L’addition » (18/0612).

[10] Cf. « Méthodes de voyou » (26/05/12).

[11] Cf. « Communiqué de presse », sur le blog de Patrick Allemand (05/12/12).

[12] Cf. « Il faut une primaire ouverte pour désigner la tête de liste aux municipales de Nice » (07/09/12).

[13] Cf.« Pour des primaires ouvertes aux élections locales », sur le blog Des idées et des rêves 06 (15/09/12).

[14] Cf. « Vers des primaires à gauche ? » Nice-Matin (08/11/12).

[15] Cf. « Élections d’appareil = élections-magouilles » (20/11/12).


Posté le 23 décembre 2012 par Jean-Christophe Picard
envoyer l'article par mail title= envoyer par mail

Sur le web

Chantal Maimon
@bayrou j'aimerai
@Nice_Matin @HConstanty c'est scandaleux
Partagez cette pétition
@Sarko_Junior @BFMTV ceux que ton pere a suprimé?
@MaryseBurgot et pourquoi ?
C'est avec beaucoup d'affection que j'adresse à...
@sevnice @Mamafrika rien que ça.
@farrugiadom j'irai voir comme dab
@RTLFrance @bayrou et on va les payer comment....
@Pierrot287 @ECiotti pour les autres on sait...
Dominique Boy Mottard
Soir d’été à Tallinn, sept ans après
De la Norvège à la Finlande
On a eu notre soleil de minuit… à 22 h 16 !
De Jokkmokk (SWE) à Alta (NOR)
Connaissez-vous Narvik ?
On avance, on avance…
Soir d’été à Södertälje (SWE)
Soir d’été à Malmö (SWE)
De Chamonix à Malmö
La Tour de Bassy, encore, toujours
Parti Radical de Gauche
Congrès du Parti Radical de Gauche 2016
Nouvel article N° 1769
Le PRG dénonce les manœuvres politiciennes de la droite sur la réforme constitutionnelle
Le Comité de liaison du Pôle Radical et Ecologiste (PRE) a eu lieu mardi 22 mars 2016.
Attentats de Bruxelles : le PRG demande une réponse européenne à la menace terroriste
Le dégel du point d'indice : une question de justice pour le PRG
Forum pour une Nouvelle France : La loi Travail en débat
Le PRG propose des actions concrètes au service des droits des femmes !
Journal Radical 630
Le Tour de France de la Laïcité du Parti Radical de Gauche à Louviers
Patrick Mottard
De Tallinn à Vilnius : le miracle européen
Les Lapons sont des Samis
Vive le renne !
Au bout du bout de l’Europe
Sur le pont de Tromsø
Kiruna la maudite
Arctic Circle : Gump, le retour
Nice-Malmö en trois frontières mythiques
Barbarastraße, Göttingen
« Antoine et Maria » : du boulot pour Bernard !