Alpes-Maritimes :

Les incroyables mensonges d’Éric Ciotti !

Éric Ciotti vient de diffuser un courrier, en argant de ses qualités de député et de président du Conseil général des Alpes-Maritimes, pour soutenir des candidats UMP aux élections départementales...

Il ose y faire la déclaration suivante : « Malgré le désengagement de l’État, nous avons fait le choix de ne pas augmenter la fiscalité locale, de diminuer de plus de 500 le nombre de fonctionnaires et le recours à la dette. Cette politique a été saluée par la Cour des comptes comme exemplaire. »

Disons-le sans ambages : M. Ciotti ment éhonteusement.

1) En 2009, il a fait voter une hausse de 15 % de la taxe d’habitation, de la taxe sur le foncier bâti, de la taxe sur le foncier non bâti et de la taxe professionnelle. En 2014, il a également fait voter une hausse de 18 % des droits de mutation. Dès lors, il est indéniable que, sous sa présidence, la fiscalité directe et indirecte a fait un bond. M. Ciotti ment donc quand il affirme avoir fait le choix « de ne pas augmenter la fiscalité locale » !

2) La politique de la majorité départementale UMP n’a jamais été saluée par la Cour des comptes. Les magistrats ont juste relevé que les Alpes-Maritimes faisaient partie des six départements qui « sont parvenus à stabiliser ou à réduire » les charges de personnel. Par contre, ils ont également remarqué que les Alpes-Maritimes faisaient partie des douze départements ayant « des ressources fiscales par habitant supérieures de plus de 25 % à la médiane ». M. Ciotti ment donc quand il prétend que sa politique a été qualifiée d’« exemplaire » par la Cour des comptes !

3) L’encours des dettes bancaires du Conseil général est passé de 747 537 €, en 2008, à 879 488 €, en 2013, soit une augmentation de 18 %. M. Ciotti ment donc quand il explique avoir fait le choix de « diminuer le recours à la dette » !

Il est incroyable qu’un député de la Nation soit prêt à s’abaisser ainsi pour obtenir des voix.

Retrouver tous les articles de Jean-Christophe Picard sur son blog :

- Jean-Christophe Picard


Posté le 19 mars 2015 par Jean-Christophe Picard
envoyer l'article par mail title= envoyer par mail

Sur le web

Chantal Maimon
@bayrou j'aimerai
@Nice_Matin @HConstanty c'est scandaleux
Partagez cette pétition
@Sarko_Junior @BFMTV ceux que ton pere a suprimé?
@MaryseBurgot et pourquoi ?
C'est avec beaucoup d'affection que j'adresse à...
@sevnice @Mamafrika rien que ça.
@farrugiadom j'irai voir comme dab
@RTLFrance @bayrou et on va les payer comment....
@Pierrot287 @ECiotti pour les autres on sait...
Dominique Boy Mottard
Marion et Franck
Extrême droite à Nice le 1er Mai : non à la provocation, non à la récupération
Les 100 ans de Marie-Dominique
Signature du « contrat de maîtrise de la dépense locale » au Conseil municipal de Nice
Conseil métropolitain agité, Président zen
Création d’une taxe foncière à Nice Côte d’Azur
Métropole NCA, Ville de Nice : 48 heures au front
Vœux 2018 à Cyrille Besset
Bonne année 2018
Le Noël d’AMICA
Parti Radical de Gauche
Congrès du Parti Radical de Gauche 2016
Nouvel article N° 1769
Le PRG dénonce les manœuvres politiciennes de la droite sur la réforme constitutionnelle
Le Comité de liaison du Pôle Radical et Ecologiste (PRE) a eu lieu mardi 22 mars 2016.
Attentats de Bruxelles : le PRG demande une réponse européenne à la menace terroriste
Le dégel du point d'indice : une question de justice pour le PRG
Forum pour une Nouvelle France : La loi Travail en débat
Le PRG propose des actions concrètes au service des droits des femmes !
Journal Radical 630
Le Tour de France de la Laïcité du Parti Radical de Gauche à Louviers
Patrick Mottard
Maria et le kiosque à musique : le livre
La tente salafiste de Vallauris
FESTIVAL (10) : Un palmarès épatant
Festival (9) : 12 300 marches environ… en attendant le palmarès
Festival (8) : Affreux, sale et gentil, puis Beau, propre et méchant…
La jeunesse du 06 en Résistance
FESTIVAL (7) : Le triomphe de Stéphane Brizé et Vincent Lindon
Festival (6) : Une famille formidable
Festival (5): Résistances de femmes en terre d’Islam
FESTIVAL (4) : En attendant Godard, nous eûmes Qiao…