Régionales :

Le Casta team à Acropolis

Patrick MottardDernier meeting à Acropolis ce mercredi avant le 1er tour des Régionales pour la liste Castaner. Une soirée particulièrement émouvante car il s’agissait du dernier discours de Michel Vauzelle en tant que Président de région dans notre département.

Je faisais partie des intervenants. Ci-dessous, le texte intégral de mon discours :

Le 13 novembre, deux heures avant les attentats, nous étions, avec Patrick, Nathalie et Véronique, à Nice Nord pour une réunion de proximité. Ce jour-là, j’avais dit que la campagne des Régionales ne se ferait si sur le bilan, ni sur le projet. Deux heures après, ce qui était une opinion se transformait en une terrible et obsédante évidence.

C’est très injuste et frustrant pour le Président Michel Vauzelle dont l’excellent bilan est reconnu à peu près par tout le monde et qui ne peut pas, dans le cadre de cette ultime campagne, faire pédagogiquement une mise en perspective de la politique qu’il a initiée pendant trois mandats.

C’est injuste et frustrant pour notre tête de liste, Christophe Castaner, qui, avec ses équipes, propose ce qui est incontestablement le meilleur programme pour l’avenir de la Région et qui a le plus grand mal à se frayer un espace médiatique pour le présenter.

Même le débat politique national qui traditionnellement parasite les scrutins locaux, va passer au second plan. Sans effets de tribune, sans emphase de préau, nous pouvons le dire avec une certaine solennité, les élections vont bel et bien se transformer – quoi de plus naturel – en un débat sur les valeurs de la République.

En clair, pour nous, la gauche, il s’agit de défendre, dans ce contexte très particulier, avec courage et détermination, le territoire de la République.

Et pour moi, responsable du Parti Radical de Gauche, il ne fait pas de doute que la laïcité est une arme indispensable pour la défense de ce territoire symbolique. En effet, les radicaux sont porteurs d’une conception non pas intransigeante mais exigeante de la laïcité. Pour nous, la laïcité n’est pas un empilement de communautarismes mais l’affirmation que les religions doivent rester dans le domaine de l’intime et n’ont rien à faire dans l’espace public. C’est pour cela que nous sommes persuadés que, sur ce sujet essentiel, la gauche doit balayer devant sa porte. Au nom du relativisme culturel et d’une conception dévoyée du droit à la différence, une certaine gauche navigue en eaux troubles.

Un exemple parmi d’autres ? Il sera local et récent. Cette semaine, sur un réseau social, une ancienne candidate aux élections départementales relatait une anecdote. Avec son binôme masculin, elle avait dialogué et échangé quelques minutes dans un quartier populaire de Nice avec un barbu apparemment de bonne composition. Pourtant, à la fin de la conversation, celui-ci, après avoir serré la main du candidat, refusa de serrer celle de la candidate parce qu’elle était une femme. Eh bien, il se trouve que le principal dirigeant d’une association antiraciste plutôt classé à gauche, voire à l’extrême gauche, a justifié, sur ce même réseau social, c’est-à-dire publiquement, cette attitude, au om de la tradition et de la tolérance. Sous la double menace d’un salafisme idéologique qui, de plus en plus, essaie de se faire passer pour fréquentable, et de l’intégrisme terroriste, nous devons rejeter avec force cette conception munichoise de la laïcité.

Elle ne sera jamais la nôtre. Elle n’est pas celle de Christophe Castaner et comme ce soir, le but déclaré de nos interventions est d’expliquer, à travers nos différences et nos diversités, les raisons de notre engagement à ses côtés, je le dis haut et fort : Christophe, tes prises de position claires en faveur de la laïcité, des prises de position qui ne sont pas hystériques, sont une des raisons importantes de mon engagement à tes côtés.

Au risque de dire une banalité – mais face à la puissance des vents mauvais qui soufflent depuis les réseaux sociaux et dans certains médias, il est bon de rappeler certaines évidences – pour défendre les valeurs de la République, il ne faut pas compter sur l’extrême droite. Les couleurs de son patriotisme ne sont pas le bleu, le blanc et le rouge, mais le vert-de-gris. L’extrême droite, c’est le parti de la délation, de l’antisémitisme, du rejet de l’autre et, finalement, de la collaboration et de la soumission aux puissants.

Si le noyau dur de cette extrême droite est très minoritaire dans le pays, il a la force de susciter, d’exciter, de coaguler les humeurs malignes diffuses qui, de tout temps, parcourent les entrailles de la société française. En clair, 30% des Français ne sont pas devenus fascistes, mais ils peuvent le devenir. À l’échelle de l’histoire du Monde, Vichy, c’était hier.

Et, ne nous y trompons pas, malgré les apparences et quelques habitudes alimentaires divergentes, extrême droite et intégrisme islamiste s’adorent. Ils se complètent, ils se nourrissent l’un de l’autre. Extrême droite et intégrisme sont les deux mâchoires d’un piège mortel pour la République.

Pour résister à cette double menace, la droite se présente comme un rempart. Un certain nombre d’intellectuels et de grandes consciences ont hélas accrédité cette idée qu’on pourrait qualifier de farfelue si l’enjeu n’était pas si grave. En effet, la droite – et spécialement dans notre région – a pensé pouvoir endiguer la progression de l’extrême droite en légitimant son discours. C’était stupide. C’est devenu suicidaire. Comment, après avoir bradé les valeurs de la République, peut-on se raccrocher à celles-ci pour prétendre faire barrage au front National ?

Du coup, le front républicain me fait penser à ces insectes morts à la carapace intacte mais dont l’intérieur du corps a été rongé par une colonie de fourmis. Oui, le front républicain est devenu une coquille vide.

C’était pourtant une belle idée, celle qui permettait aux républicains des deux rives de se rejoindre pour défendre l’essentiel, c’est-à-dire les valeurs. Je ne suis pas en train de dire qu’il n’y a plus de républicains sur l’autre rive, mais on peut constater que beaucoup ont brûlé leurs vaisseaux et que si certains peuvent encore nous rejoindre à la nage, ils sont de plus en plus minoritaires. Aussi, il ne faut pas s’étonner – Christian Estrosi ne doit pas s’étonner – s’il recueille les fruits empoisonnés de ses inconséquences.

Après la métaphore de l’insecte vidé de sa substance, on peut risquer celle du bernard-l’hermite, vous savez, ce petit crustacé qui se loge d’ordinaire dans une coquille abandonnée. Le Front National est bien parti pour prendre la place de feu l’UMP sur l’échiquier politique national. Ce n’est pas de la politique-fiction puisque c’est précisément ce qui est arrivé à la droite italienne, il y a quelques années.

Une droite également extrêmement fragile et friable quand il s’agit de résister à l’autre fléau, l’intégrisme. À ses discours de guerre civile dans les médias – type Morano – correspond une politique de terrain plutôt laxiste. Pour gagner une illusoire paix sociale, on n’hésite pas à s’acoquiner avec les ennemis de la République espérant un répit électoral dans une fuite en avant pathétique.

Bref, je résume : si l’extrême droite et l’intégrisme sont des poisons qui rongent notre République, la droite n’est pas l’antidote. N’en déplaise aux grandes consciences auxquelles je faisais allusion au début de mon intrvention.

L’antidote, c’est nous. C’est lui, Christophe Castaner puisque nous avons décidé qu’il serait notre capitaine dans cette bataille décisive.

Je le dis haut et fort, en m’adressant aux femmes et aux hommes de gauche, à tous les républicains, à tous les démocrates, à tous les humanistes : dimanche, on ne va pas voter – pour ou contre la loi Macron, – pour ou contre la Commission européenne, – pour ou contre le Président.

Dimanche, mes amis, pas de doutes, pas d’états d’âme : on va exprimer notre attachement aux valeurs de la République – en votant tranquillement – en votant naturellement – en votant efficacement pour la liste de Christophe Castaner.

Tous et ensemble. Vive la République !

Patrick MottardRetrouver tous les articles de Patrick Mottard sur son blog :

- Patrick Mottard


Posté le 3 décembre 2015 par Patrick Mottard
envoyer l'article par mail title= envoyer par mail

Sur le web

Chantal Maimon
@bayrou j'aimerai
@Nice_Matin @HConstanty c'est scandaleux
Partagez cette pétition
@Sarko_Junior @BFMTV ceux que ton pere a suprimé?
@MaryseBurgot et pourquoi ?
C'est avec beaucoup d'affection que j'adresse à...
@sevnice @Mamafrika rien que ça.
@farrugiadom j'irai voir comme dab
@RTLFrance @bayrou et on va les payer comment....
@Pierrot287 @ECiotti pour les autres on sait...
Dominique Boy Mottard
Noëlle et Mathieu
Elodie, Xavier et Léon : un mariage et un baptême
Merci Madame
Un conseil municipal plutôt tranquille
Sur un air de cithare 2 : clap de fin aujourd’hui
Le Point « spécial Nice »
Festival de cannes 2017 : premières scènes (5)
Festival de Cannes 2017 : premières scènes (4)
Festival de Cannes 2017 : premières scènes (3)
Festival de Cannes 2017 : premières scènes (2)
Parti Radical de Gauche
Congrès du Parti Radical de Gauche 2016
Nouvel article N° 1769
Le PRG dénonce les manœuvres politiciennes de la droite sur la réforme constitutionnelle
Le Comité de liaison du Pôle Radical et Ecologiste (PRE) a eu lieu mardi 22 mars 2016.
Attentats de Bruxelles : le PRG demande une réponse européenne à la menace terroriste
Le dégel du point d'indice : une question de justice pour le PRG
Forum pour une Nouvelle France : La loi Travail en débat
Le PRG propose des actions concrètes au service des droits des femmes !
Journal Radical 630
Le Tour de France de la Laïcité du Parti Radical de Gauche à Louviers
Patrick Mottard
Roger’s éfedméride
René Mottard
Attentat de Nice : Macron lave l’affront
Adieu Juke, je t’aimais bien !
Tour de France : l’épatant Bardet contre le syndrome de Stockholm
Cool Jazz au Patoch’s family
Parlement : lifting minimaliste
Petits commerçants… un effort !
Projets théâtraux
Les pages que j’aurais aimé écrire… (14)